PARTAGER
Non, le mouvement contestataire apparu au plus fort du printemps arabe en 2011 au Maroc et qui revendique d’avoir été à l’origine de la nouvelle constitution, n’est pas totalement éteint et peut toujours hausser le ton à la moindre occasion. Il vient justement de manifester et se manifester pour dénoncer les privilèges accordées aux hauts fonctionnaires et autres personnalités, ceux que les réseaux sociaux ont réuni, pour faire plus simple, dans le registre des « serviteurs de l’état » , qui usent et abusent des prébendes de ce même état, une vache à lait, contre laquelle protestent les internautes en ce moment.
Le mouvement du « 20 Février » a choisi, lui, de manifester à son tour, bien que tardivement pour montrer qu’il fallait compter avec lui à chaque sursaut citoyen contre les abus, alors que tout le long des années « Benkirane » le groupe, qui a eu ses heures de gloire dans les médias nationaux et étrangers, a rétréci comme peau de chagrin au niveau de ses effectifs.
Par ailleurs, les soupçons qui lui ont toujours collé à la peau ,d’être instrumentalisé par le mouvement islamiste d »Al Adl Oua Al Ihssane » ne se sont pas dissipés et il semblerait même que cette sortie ait été décidée et orchestrée par les disciplines de Cheikh Yassine, qui, voulant profiter des moments difficiles que traverse leur rival du PJD, ont ressuscité le « 20 février »
Par Jalil Nouri

Commentaires