PARTAGER

Ceux qui avaient tablé sur une réduction des nombres de divorces dans les couples marocains en raison des mesures restrictives introduites par le code de la famille, Moudawana, doivent revoir leurs prévisions.

Les derniers chiffres publiés sur le phénomène montrent, au contraire que le phénomène a pris de l’ampleur pour dépasser très largement le nombre de divorces prononcés par les tribunaux du pays et qui s’établissait encore en 2013, à 43 000 cas par an. Cette barre se place désormais à plus de 100 000 cas par an, de quoi laisser perplexe.

Si dans l’ensemble, les motifs du divorce restent inchangés pour la plupart se résumant à des conflits et à l’adultère et sur un autre plan aux difficultés économiques et au chômage, il faut noter aujourd’hui la responsabilité de plus en plus présente des réseaux sociaux dans les séparations de couple alors que l’autonomisation des femmes ne semble toujours pas être un facteur déterminant.

Depuis le début de 2018, ils sont déjà près de 10.000 couples avec enfants à mettre fin mensuellement à leur union, provoquant ainsi des déchirements au niveau de la cellule familiale. Selon des sociologues interrogées sur le sujet, cette tendance devrait continuer sa trajectoire et intensifier , encore plus, l’ampleur des divorces au sein des couples marocains.

 

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires