PARTAGER

Au vu de ce qui se passe sous nos yeux et l’acharnement du PJD sur Aziz Akhenouch, l’on peut parier que quelque soit la composition de la futur équipe et quelque soit la distribution des postes entre les partenaires de la majorité qui la composeront, que le nouveau gouvernement qui peine à se constituer en raison de graves divergences d’appréciation, ne tiendra pas la route et pourrait se fissurer après moins d’une année d’existence. Car plus le temps passe et plus les tractations se compliquent, force est de constater que Aziz Akhenouch, le chef du RNI, accusé à tort par le PJD de tout faire pour empêcher un deuxième mandat des islamistes à la tête du gouvernement, est devenu le rival politique à abattre alors qu’il est censé être un allié de premier plan, susceptible d’assurer la continuité de l’action du futur gouvernement.

Pour obtenir son isolement, la direction du parti islamique et quoiqu’elle s’en défende, a mobilisé tous ses supports médiatiques et ses bataillons très actifs sur les réseaux sociaux pour mener la vie dure à Aziz Akhenouch, à ses soutiens et à sa formation.

Alors à quoi bon continuer à négocier avec lui ? Probablement pour le pousser à déclarer forfait de son propre gré. Les événements attendus les prochains jours, pourraient venir conforter cette hypothèse.

Par Jalil Nouri

Commentaires