PARTAGER

Une réunion explosive est attendu mardi prochain au siège du parti Authenticité et Modernité à Rabat avec un seul point à l’ordre du jour pour son bureau politique, la désignation de celui appelé à diriger la deuxième chambre du parlement,, celle des conseillers, que ce parti devrait remporter et se succéder à lui-même après un premier mandat confié à Cheikh Mohammed Biadillah dont le bilan est jugé très satisfaisant dans une unanimité générale, une expérience qu’il juge inachevée et qui le pousse à se porter candidat pour un second mandat. Sauf qu’un candidat concurrent est dans la course.

Il s’agit de Hakim Benchamasse, membre du même parti que Biadillah et soutenu par une frange importante du Bureau Politique, ce qui oblige ce dernier à trancher et le met dans une situation peu enviable et critique au moment o^le parti réalise une percée spectaculaire sur la scène politique après les scores réalisés lors des dernières élections du mois dernier. Le choix de l’un des deux hommes n’est pas évident d’autant plus que les deux possèdent des atouts certains.

Autant le candidat sahraoui Biadillah reste un homme discret, fin connaisseur de la diplomatie parlementaire et spécialiste des négociations en coulisses , autant le second marqué par son passé de gauchiste en a gardé des qualités de brillant orateur craint par la majorité avec à sa tête le premier ministre islamiste Benkirane, devenu sa cible à la 2ème chambre.

D’ici mardi, bien des friction agitent le bureau politique entre les partisans des deux candidats qui, complices pour une fois, observent la même réserve et la même discrétion au sujet de la manière qu’il compte appliquer pour obtenir le perchoir.

Par Jalil Nouri

Commentaires