PARTAGER
C’est au moment où il marque des points dans les élections partielles en remportant des sièges aux dépens des islamistes du PJD comme à Settat il y a quelques jours, le parti fondé par Fouad Ali El Himma se trouve à la croisée des chemins suite à la démission de son secrétaire général Ilyas El Omary. Depuis son départ, les réunion du bureau politique, l’instance la plus importante se déroulent dans la cacophonie avec le gel des décisions importantes et en l’absence de certains membres influents au point qu’aucun accord n’a encore été trouvé pour la date du congrès national qui doit se prononcer sur la démission d’El Omary. Pour certains, la démission de ce dernier était prévisible depuis le déclenchement des événements du Rif dont il est originaire et pour lesquels, il s’est montré incapable de mener une médiation efficace pour enrayer à temps le mouvement du Hirak et c’est à ce moment, disent-ils, que le parti aurait pu prendre les devants et faire preuve de volontarisme dans cette crise.
Sur un plan purement interne, la formation du tracteur ne sortira pas indemne de ce remue-ménage et l’on s’attend à une exacerbation des divisions d’une formation dont les fondations restent néanmoins solides à moins qu’une tempête, que tous les militants redoutent ne viennent les balayer.

Commentaires