Le papa de feu Nassim M’Birik : « Roh 3ziza 3and Allah » (interview...

Le papa de feu Nassim M’Birik : « Roh 3ziza 3and Allah » (interview exclusive)

874
0
PARTAGER

Nos lecteurs se souviennent certainement de l’accident de la circulation mortel, évoqué ici même, qui a couté la vie au jeune Nassim M’Birik, et dont on a pas retrouvé le responsable en fuite jusqu’à présent.

Son père, Mohamed M’Birik, un ressortissant marocain résident en France a gelé son activité professionnelle et a décidé de ne pas baisser les bras jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur ce crime impuni et que justice soit rendue pour que la famille puisse enfin faire son deuil. Nous avons rencontré le papa qui a bien voulu répondre aux questions d’actu-maroc.

Monsieur Mohamed M’Birik, vous êtes le papa du défunt Nassim. Pouvez vous rappelez à nos lecteur les circonstances de l’accident ?

Né en France, Nassim a vécu à Groslay, ville du département du Val d’ Oise, en région Parisienne.Il est venu au Maroc,à Rabat le 21 janvier 2014 afin d’assister aux obsèques de sa grand mère, décédée à Argenteuil le 17 janvier.Il a poursuivi son séjour  à Rabat pour soutenir sa maman.
Le soir du 02 février 2014, il est sorti avec son cousin faire un tour sur la route côtière de Temara ; il a traversé un passage piétons et c’est là qu’il s’est fait renversr par un automobiliste, qui a pris la fuite! Il décédera dans l’ambulance.

Vous avez organisé une marche blanche en France à la mémoire de Nassim, votre fils, en parallèle à une autre marche au Maroc, sur les lieux de l’accident. Que vouliez-vous exprimer par ce mouvement qui a rassemblé dans les deux pays plus d’un millier de personnes ?

La double marche blanche, réalisée en France et au Maroc  simultanément le 28 février 2014 avait pour objectif de rendre hommage à Nassim,à la jeunesse innocente, et également à sensibiliser au sujet de la prévention routière.
De surcroît, il s’agit de lancer un  appel à témoin.
Quiconque a des informations se doit de parler!

3/ Avez vous reçu un quelconque soutien de la part des autorités marocaines ?

Les autorités marocaines, à l’instar du Préfet de Témara, de Monsieur le Ministre chargé des Marocains Résidant à l’Étranger,Anis Birrou, de ses collègues, Monsieur Ettrab, Madame Rafai, chef du Cabinet, le CCME et son équipe, furent présents et nous ont apporté, selon leurs compétences et attributions, aide, conseil et surtout soutien.
J’ajouterai, si vous me le permettez, le soutien sans faille du Consul Général de France, Monsieur Didier Larroque . Je rappelle que Nassim avait la double nationalité, citoyen français et marocain.

4/Certainement, des investigations sont toujours menées pour arrêter le criminel qui a ôté la vie à votre fils, à la fleur de l’âge. Quelles sont les grandes failles que vous avez pu relever dans l’enquête depuis son déclenchement ?

Je me pose encore aujourd’hui la même question : Les caméras et les radars installés sur les routes marocaines,notamment celles de la côte de Témara, ont-t-ils été bien exploités ?
Un meilleur équipement des routes marocaines, infrastructure, auraient permis sans nul doute l’arrestation du chauffard.
Au moment où je vous parle, une enquête est diligentée par les autorités compétentes. Une plainte a été déposée contre X.
Nous attendons sereinement les conclusions de l’enquête, qui nous l’espérons, aboutira promptement.

5/Qu’est ce qui vous pousse à garder espoir que l’enquête finira bien par aboutir ?

« Roh 3ziza 3and Allah ». L’enquête doit aboutir !
Je fais confiance encore une fois à la justice marocaine.

6/On peut deviner votre peine encore aujourd’hui et s’il arrive qu’on vous annonce, demain ou dans les jours qui viennent l’arrestation de celui qui a tué votre fils, seriez vous soulagé à l’idée de faire définitivement votre deuil ?

Le deuil, on y est!
Vous savez, le coupable doit être arrêté d’une part pour répondre de ses actes auprès de la justice, auprès du peuple marocain, et d’autre part pour la crédibilité du Maroc, qui se bat pour réduire le taux de mortalité sur les routes Chérifiennes.

7/Pour terminer cette interview, je me permets de vous poser une question un peu sensible. Vous savez, après tout, qu’un accident est un homicide involontaire puisque l’intention de tuer n’était pas là. Pourriez-vous pardonner au chauffard, l’assassin de Nassim, s’il vous le demande ?

Avant de répondre à cette question, permettez-moi, je vous prie de rectifier des informations sur votre question. Vous parlez d’homicide involontaire » et « d’assassin » dans votre même question. N’est ce point contradictoire ?
Alors  avant toute chose, un accident reste un accident. Mais lorsque l’on décide de prendre sa voiture, et qu’on est sous l’emprise de stupéfiant, de l’alcool, ou bien dans l’excès de vitesse, et que l’on commet un accident, que l’on renverse un piéton, et que l’on fuit…sans porter assistance à une personne en détresse…
Nous sommes alors dans des circonstances aggravantes; la justice caractérisera, en effet, par un accident ayant entrainé la mort, homicide involontaire avec circonstances aggravantes! Délit de fuite !!!!
Alors à votre question sur le pardon de « l’assassin de Nassim »,  nous pourrons pardonner….mais est ce réellement le moment ?
Et j’ajouterai, pour se dénoncer, il n’est pas trop tard!!!

 

 

Actu-maroc.com ____________________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière Agression voilée

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires