PARTAGER

Assis chez eux devant leurs écrans de télévision au lieu d’être sur leur siège au parlement, de nombreux députés ont été scandalisés d’entendre leur nom cités en direct à la radio et à la télévision nationales, comme des mauvais élèves faisant preuve régulièrement d’un manque d’assiduité. Car c’est leur fiche de présence qui a été révélé au public et à leurs électeurs pendant la séance des questions orales mardi dernier dans des enceintes vides à la première chambre et à sa voisine des conseillers alors que le dernier discours royal venait de mettre le doigt sur le manque de responsabilité des politiques dans leur travail sur le terrain ou dans les instances législatives. Si la méthode utilisée par la résidence de la première chambre a été jugée contestable, il faudra attendre le retour des parlementaires ayant pris leurs vacances comme bon leur semble pour juger de l’efficacité de cette mesure inédite qui n’était pas exempte d’inexactitudes. Le parlement aura en tout cas tout essayé ou presque pour mettre fin au problème endémique de l’absentéisme, responsable en grande partie de la faiblesse de la production des lois et du retard dans l’adoption de réformes importantes dans la bonne marche des affaires du pays et des citoyens, qui, dans les réseaux sociaux, se sont réjouis de la punition.

Commentaires