PARTAGER

Certaines coïncidences en politiques ont du mal à passer comme fruits du hasard. Année des élections législatives, 2016 a été choisie en son mois d’avril pour la tenue d’une conférence internationale sur la légalisation du cannabis. Mais cet événement constitue une autre coïncidence troublante si l’on sait que la partie organisatrice n’est autre que la région de Tanger-Tetouan-Alhoceima, le grand pôle de production de cannabis au niveau du Maroc, et le maître de cérémonie n’est autre, autre coïncidence, le président de la région Illias El Omary, dont il est originaire et qui a la particularité d’être le secrétaire général du parti du PAM, qui a montré beaucoup d’empressement au parlement en faveur de la légalisation du cannabis.

Pour se dédouaner et lever toute équivoque, le nouveau leader du PAM justifie ses bonnes intentions en soulignant pour les sceptiques, que la tenue de cette conférence servira de plate-forme pour un autre grand forum prévu dans la foulée sous l’égide de l’ONU et portant sur cette délicate question et surtout sur l’aspect de la situation sociale des paysans de la région du Rif dont ce parti a décidé de se faire l’avocat au niveau législatif.

De leur côté, les adversaires politiques du secrétaire-général du PAM avec à leur tête les islamistes, continuent de croire avec fermeté que ce dernier a poussé son parti à épouser cette cause à des fins purement électoralistes pour se bâtir un fief dans cette région. Il en aurait fait, selon eux, un cheval de temps et même un fonds de commerce pour mettre la main sur sa région natale à des fins politiques et financières.

L’intéressé préfère répondre par le mépris à de telles assertions et accusations.

Par Jalil Nouri

 

Commentaires