Le patrimoine de Casablanca en quête de reconnaissance mondiale

Le patrimoine de Casablanca en quête de reconnaissance mondiale

351
0
PARTAGER

Au début du 20ème siècle, Casablanca a constitué un terrain d’expérimentation urbanistique qui a donné naissance à un brassage de courants européens et américains et illustré le savoir-faire des arts traditionnels marocains, a indiqué M. Sbihi à l’occasion de la signature d’une convention entre le ministère et l’association « Casamémoire » pour la présentation du projet de candidature.

La ville recèle un patrimoine architectural exceptionnel qui s’exprime à travers différents styles architecturaux faisant sa renommée auprès des experts nationaux et internationaux, a ajouté le ministre, plaidant pour la conjugaison des efforts pour soutenir cette candidature et préserver le patrimoine exceptionnel de Casablanca.

Et de rappeler que le Maroc, terre de rencontres et de dialogue entre les cultures et les nations à travers l’histoire, dispose d’un patrimoine culturel extrêmement riche et diversifié, qui lui a valu l’inscription de neuf sites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et de cinq autres éléments sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’organisation onusienne, a relevé le ministre lors de la cérémonie de signature qui s’est déroulée en présence des ministres de la culture de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et du ministre de la culture palestinien.

La métropole ne dispose pas seulement d’un patrimoine empreint de modernité mais aussi de sites remontant à la préhistoire tel celui de Sidi Abderrahmane, a indiqué M. Sbihi, précisant que le dossier de candidature comprend, outre l’Ancienne Médina, les bâtiments et l’architecture du début du siècle dernier (Art Déco).

La ville recèle un patrimoine culturel et architectural d’une valeur historique inestimable, a fait savoir, de son côté, le wali de la région du Grand Casablanca et gouverneur de la préfecture de Casablanca, Khalid Safir, souhaitant la bienvenue aux ministres de la culture des pays de la CEDEAO, qui participent à la 20è édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) à Casablanca.

Rappelant les liens solides d’amitié, de fraternité et de coopération entre le Royaume et ces pays, M. Safir a relevé que la capitale économique abrite de nombreux sites et monuments mais également de l’architecture art-déco néo-mauresque, baroque et autres témoignant d’un brassage culturel sans égal.

L’inscription de la ville sur la liste du patrimoine mondial renforcera davantage sa place en tant que destination touristique, a-t-il ajouté.

La cérémonie de signature de la convention est une première étape du processus d’inscription de la ville dans la liste de l’UNESCO, ce qui induit déjà une reconnaissance de la position de Casablanca à l’échelle universelle et sa légitimité en tant que creuset et laboratoire architectural et urbain, a souligné, sa part, le président du Conseil de la ville Mohamed Sajid.

Ce processus est un parcours long et mobilisateur en termes de temps, de ressources et d’énergies, a-t-il estimé, notant que l’inscription de Casablanca sur la liste indicative du patrimoine mondiale de l’UNESCO permet de raconter l’histoire de la ville et de son évolution.

Pour sa part, le représentant de l’UNESCO au Maghreb, M. Michael Millward, a mis l’accent sur l’importance de cette candidature, à l’instar d’autres sites et villes marocaines dont la dernière la ville de Rabat, affirmant que l’UNESCO va soutenir ce projet d’autant qu’il est porté par les différents partenaires dont les autorités et la société civile.

Intervenant à cette occasion, le président de l’association Casamémoires, Rachid Andaloussi, a décliné les actions de l’association en vue de préserver la mémoire culturelle, artistique et architecturale de la ville à travers notamment des journées du patrimoine ayant permis à tout un chacun de découvrir le patrimoine de la métropole à travers des visites guidées et des animations culturelles.

Intitulée « Casablanca, ville du XXème siècle, carrefour d’influences », la convention vient couronner les efforts de promotion du patrimoine architectural et urbain de Casablanca, une ville carrefour qui reflète une exceptionnelle synthèse d’éléments issus de cultures, d’époques, de modèles et d’idéaux différents et un métissage original de paysages urbains et d’architecture d’une valeur patrimoniale indéniable.

 

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

Actu-maroc.com

Commentaires