LE PJD CONDAMNE LE FESTIVAL MAWAZINE

LE PJD CONDAMNE LE FESTIVAL MAWAZINE

427
0
PARTAGER

La sentence est tombée de la bouche d’un des ministres du PJD, Lahbib Choubani qui, dans une interview a dit tout le mal qu’il pensait de cet événement qui, rappelons-le, est géré à partir du palais royal par le secrétaire particulier du roi, Mohamed Mounir Majidi. Et le ministre islamiste d’expliquer le fond de sa pensée en estimant que le fait que ce festival bénéficie de subventions publiques pose un problème de morale et de gouvernance, si l’on sait dit-il , que chômeurs et populations déshéritées pourraient profiter de cette manne. Ce qui a changé également dans cette démarche c’est que le PJD critiquait mawazine comme les autres festivals pour être des vecteurs de dépravation alors qu’aujourd’hui c’est le soutien apporté par l’état qui est critiqué. Les responsables du festival estiment pour leur part qu’ils n’ont droit qu’à 4 millions de dirhams de subvention. Mais le ministre du PJD en charge des relations avec le parlement et la société civile estime qu’il s’agit de beaucoup plus si l’on tient compte de l’aide apportée par les autorités dans l’organisation de l’événement et sa logistique et qui doivent être également  comptabilisée selon ce responsable.

Un responsable qui n’aurait pas apparemment consulté l’état-major de son parti avant sa sortie médiatique, laquelle sortie devrait mettre à mal et sérieusement les relations entre le PJD et le palais royal. Car s’en prendre à Mawazine c’est directement critiquer une initiative royale qui en est à l’origine.

L’embarras vient également du fait que cette déclaration donne du blé à moudre aux nombreuses associations de la société civile, particulièrement le mouvement du 20 Février qui n’avait cessé dans ses marches ces derniers mois, d’appeler au boycott de ce festival et à l’arrêt de sa subvention par le ministre de tutelle, celui de la culture, dont les caisses sont plombées par ce type de subventions. Des manifestations et des opérations de parasitage avaient même étaient envisagées par les anti-Mawazine pour en perturber le déroulement lors de la dernière édition. Faut-il pour autant en conclure que le parti d’Abdelilah Benkirane tente ainsi de ressortir ses vieux slogans et ses anciennes revendications pour prouver à l’opinion publique qu’il reste fidèle à ses principes quand bien même cela doit impacter négativement ses rapports avec le palais royal après une période de grâce au cours de laquelle il avait montré beaucoup de sa disposition à accepter des compromis en tous genres. La déclaration du ministre pjdiste Choubani vient de mettre fin à cette période de grâce et place Benkirane dans une position on ne peut plus inconfortable qui l’obligera sans doute à contredire son ministre pour les propos tenus, qui pourra-t-il toujours justifier, n’engagent  que le ministre lui- même, chose qui à son tour ne manquera pas d’avoir des répercussions sur la cohésion du parti islamiste.

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com _________________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires