PARTAGER

Prenant ses bases de court à quelques encablures du démarrage effectif
de la campagne électorale pour les élections communales et régionales
du mois de septembre prochain, l’état-major du parti islamiste qui
dirige le gouvernement et qui ambitionne de décrocher la première
place lors de ce double scrutin, a procédé de manière inattendue à la
signature d’alliances avec des formations de l’opposition qu’il
fustige habituellement dans les médias et les meetings pour
désorienter totalement les électeurs.

Après avoir commencé avec son traditionnel et redouté rival du Pam,
le parti de la balance vient également de conclure des accords électoraux
avec son autre ennemi juré, l’Istiqlal de Hamid Chabat et dans une moindre
mesure, les socialistes de l’USFP. Alors qu’il s’était engagé solennellement
à ne s’allier qu’avec les partis amis de la majorité à savoir le RNI, le
Mouvement Populaire et le PPS ; le leader islamiste et premier
ministre Abdelilah Benkirane a tout simplement changé son fusil
d’épaule et retourné casaque pour conclure des pactes avec les ennemis
d’hier et de demain, se prétexte que ces alliances avaient pour seul
but de sauver des communes de la mauvaise gestion et du gaspillage.

Pour couvrir, comme annoncé, la totalité des circonscriptions en milieu
urbain et 60% d’entre elles dans le monde rural, le PJD n’hésite pas
à s’allier, même avec le diable, pour arriver à ses fins.

Commentaires