PARTAGER

Dans une sortie inattendue au cours de la discussion menée actuellement au parlement sur le projet de loi de finances, un député a courageusement et à la surprise générale mis sur la table la question des recettes que réalisent les caisses de l’état sur les taxes provenant de la vente d’alcool et de chicha dont les marocains sont connus pour être de grands consommateurs. Mettant les autres parlementaires de son parti dans l’embarras, le député islamiste du PJD, le parti du chef du gouvernement ,a estimé que l’état devrait tout bonnement cesser de percevoir ces taxes puisqu’il se réclame de la religion musulmane qui interdit la consommation de ce type de produits et trouver d’autres moyens pour remplir ses caisses.Membre de la coalition gouvernementale dirigée par les islamistes, le ministre des finances a eu du mal à convaincre le député trouble-fête que l’argent obtenu de la consommation de ces produits illicites tenait au fait qu’il provenait de l’activité touristique en général qui constitue la deuxième source de revenus pour le pays.

La réponse a été jugée peu convaincante par le député islamiste dont le mérite aura été au moins d’avoir pour la première fois une question qui souligne la contradiction que vit son parti au gouvernement par rapport à son idéologie et lesd valeurs qu’il defend devant son électorat conservateur dont les voix lui ont permis de diriger les affaires du pays..

Commentaires