PARTAGER

Le Polisario mène depuis une semaine des manœuvres militaires dans la zone d’Aousserd, au niveau de la ceinture de sécurité marocaine, pour préparer, menace-t-on, sa guerre contre le Maroc.

Plusieurs médias algériens et ceux proches du Polisario affirment que le chef du mouvement Brahim Ghali ainsi que des hauts responsables se trouvent dans cette zone pour participer à des manœuvres lors desquelles ont été présentés des chars et plusieurs types d’artillerie.

Dans un article consacré à cette question, le journal Akhbar Al Yaoum indique que le Front Polisario est en alerte maximale pour faire face à toute réaction des Forces Armées Royales (FAR). Interrogé par le quotidien, le spécialiste El Moussaoui Ajlaoui évoque « le chantage » du Polisario.

« Le Polisario ne dispose pas d’un arsenal militaire et ne maîtrise pas du tout les manœuvres militaires, comme le montre le décès de plusieurs de ses miliciens lors de précédentes opérations, suite à une mauvaise manipulation des armes », explique-t-il.

Et de voir la main de l’Algérie derrière ces manœuvres militaires. C’est « une manœuvre orchestrée par l’Algérie pour faire croire à l’opinion publique mondiale qu’il y a encore une armée de libération dans les camps », soutient-il.

Quant à la réaction du gouvernement marocain, via son porte-parole, Mustapaha El Khalfi, « Les manœuvres menées par le  »polisario » reflètent son désarroi et la dislocation de ses rangs à la suite des victoires successives accumulées par le Maroc dans la défense de son intégrité territoriale ». Il a également souligné que le Maroc avance aujourd’hui à pas fermes et assurés dans la défense et la consolidation de son intégrité territoriale, et agit sur le terrain dans le cadre d’un modèle de développement qui a fait ses preuves et porte ses fruits.

Quiconque visite la région s’attarde sur le volume des transformations en cours et les projets de développement à même de donner naissance à un nouveau pôle économique du Royaume, a fait observer le ministre, revenant, à cet effet, sur le dernier aspect des progrès réalisés, à savoir la décision prise au niveau gouvernemental au sujet des zones industrielles de Laâyoune en réponse aux demandes de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), et qui vise à relever le niveau d’investissement dans la région.

En parallèle à ces progrès concrets qui s’inscrivent dans une dynamique de développement prometteuse et avant-gardiste, le Royaume a accompli plusieurs avancées sur le plan politique, que ce soit au niveau de la politique africaine du Royaume et de ses partenariats stratégiques ou au niveau des Nations Unies, a-t-il dit, faisant remarquer que ces réalisations placent le Maroc dans une position avancée.

Commentaires