PARTAGER

En créant un point de fixation à la zone -tampon de Guerguerate près de la frontière séparant le Maroc de la Mauritanie, le mouvement séparatiste du Polisario ne fait qu’appliquer à la lettre la stratégie dictée par l’Algérie consistant à créer de nouveaux foyers de tension en plein nouveau mandat du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guitteres et surtout au moment où le royaume retrouve l’enceinte de l’Union Africaine après s’être rapproché de la majorité des pays du continent avec les différentes visites du roi Mohammed VI.

Il est rare de voir un dirigeant des séparatistes venir parader au siège de l’ONU à New-York, c’est pourtant ce qui vient de se passer, mais l’invitation qui lui a été faite pour ce déplacement n’a rien d’une sinécure. Le secrétaire général lui a clairement fait savoir qu’il ne saurait être question de tolérer les provocations à l’égard du Maroc ni de vouloir torpiller un éventuel plan onusien pour un retour à la table des négociations pour les partie en conflit. Mais quand bien même le Polisario serait tenté par une relative retenue, il trouverait toujours une Algérie prête à l’armer comme elle vient de le faire, y compris avec des vedettes pour aller chercher querelle à la marine royale dans les eaux territoriales du sud marocain. Cette montée des périls dans la région n’en est qu’à ses débuts mais risque de perdurer tant que la situation politique en Algérie demeurera incertaine.

Commentaires