Le PPS et le PG français conviennent de développer leurs relations et...

Le PPS et le PG français conviennent de développer leurs relations et leur coordination sur la scène euro-méditerranéenne

270
0
PARTAGER

Au cours d’une réunion de travail à Paris, à laquelle ont pris part également M. Alain Billon, ancien vice-président de l’Assemblée nationale et actuel responsable Maghreb-Machrek au sein du PG, ainsi que la porte-parole du Parti, Mme Raquel Garrido, les deux parties ont aussi approuvé la nécessité de coordonner leurs efforts sur la scène euro-méditerranéenne.

L’entretien a été l’occasion de discuter « des préoccupations communes des deux partis par rapport au devenir de la gauche dans le monde, mais aussi dans l’espace euro-méditerranéen, maghrébin et marocain », a déclaré à la MAP M. Benabdallah.

Il a fait état de « convergences » entre les deux partis sur des « problèmes d’importance internationale » et également sur la nécessité de voir dans quelle mesure le PG et le PPS puissent développer « des relations plus significatives ».

« Nous nous devons de tenir compte que M. Jean-Luc Melonchon est aujourd’hui candidat aux élections présidentielles françaises de 2012 et que de ce fait, il nous importe en tant que PPS, de développer avec son parti des relations privilégiées », a-t-il souligné.

« C’est dans ce sens que nous travaillerons probablement ensemble sur des rencontres dans l’espace méditerranéen et nous souhaitons, pour notre part, que M. Jean-Luc Melonchon puisse effectuer une visite au Maroc, ce qui lui permettra de rencontrer des responsables politiques nationaux », a ajouté le secrétaire général du PPS.

Pour sa part, M. Melonchon a indiqué que son parti est déjà candidat pour organiser un premier meeting de la gauche méditerranéenne à Marseille et que le PPS s’est dit disposé à en accueillir un deuxième au Maroc.

M. Melonchon a ajouté, par ailleurs, qu’il étudiera « avec le plus grand intérêt » l’invitation que lui a faite M. Benabdellah d’effectuer une visite au Maroc. « C’est extrêmement émouvant pour moi que l’année où je me présente pour la présidentielle de mon pays, je puisse aller toucher la terre natale », a-t-il dit.

Ce natif de Tanger a, par ailleurs, qualifié de « bénéfique » le développement économique et social en cours au Maroc, notant que le pays « connait une forte croissance économique ».

« On voit d’un bon oeil quand un pays progresse. Bien sûr qu’on est attentif », mais « nous voyons aussi d’un bon oeil les initiatives réformistes qui ont un contenu social », a-t-il ajouté à la MAP en référence au chantier social de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Le co-président du PG français a aussi salué les « évolutions positives » enclenchées par le Code de la famille, notant que « la société marocaine est disponible pour la modernité et n’a jamais accepté cet espèce de différenciation » entre les sexes.

Au sujet de la question du Sahara, M. Melonchon a indiqué que son parti prend acte des « efforts » consentis par le Maroc pour résoudre le conflit, à travers le plan d’autonomie élargie proposé aux négociations depuis 2007.

« Nous soutenons les efforts pour une solution pacifique, acceptée par la communauté internationale et consentie par les populations », a-t-il ajouté, notant que « la négociation, y compris dans sa phase actuelle informelle (sous l’égide de l’ONU) nous semble être la seule voie raisonnable et raisonnée pour que le conflit cesse et que les populations retrouvent la paix ».

Par ailleurs, M. Benabdellah a animé, mardi soir à Bordeaux (Sud-ouest), une conférence sur la dynamique des réformes au Maroc, organisée à l’initiative des élèves du Lycée Sainte Marie Grand Lebrun (classes préparatoires), désireux de mieux connaître la réalité de développement dans le Royaume.

Devant une audience composée aussi bien des élèves et des enseignants du lycée que des représentants de la communauté marocaine à Bordeaux, M. Benabdallah a revisité les principales réformes initiées dans le pays durant les dernières années, dans différents domaines, économique, politique et social.

Dans le domaine social, il a souligné les grandes lignes de l’INDH ainsi que les efforts déployés pour la promotion de la femme avec l’adoption notamment du Code de la famille.

Il s’est attardé notamment sur les mesures prises pour l’élargissement de l’espace de la liberté d’expression et des droits de l’homme, citant entre autres l’expérience de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) et la réforme de l’audiovisuel.

M. Benabdallah a également mis l’accent sur la nouvelle génération de réformes dont le pays a besoin pour donner une impulsion nouvelle au processus de démocratisation et de recherche de la justice sociale.

La conférence s’est déroulée en présence notamment du consul général du Maroc à Bordeaux, M. Fadlallah Mohamed Fellat.

Commentaires