PARTAGER

Un appel du Premier ministre indien Narendra Modi lancé aux parents pour qu’ils fassent un selfie avec leur fille afin de combattre la sélection à la naissance dont sont victimes les filles faisait un tabac aujourd’hui sur twitter.

«Je vous y convie tous, partagez un #SelfieWithDaughter (un selfie avec sa fille)», a écrit le chef du gouvernement sur twitter, après avoir lancé cette campagne la semaine dernière.

Il a salué un chef de village de Haryana -l’Etat d’Inde qui a le plus faible taux de naissances de filles par rapport aux garçons- à l’origine de cette campagne. Des ministres, des chefs d’entreprise, dont l’industriel Naveen Jindal, et des stars du sport, comme le champion de cricket Sachin Tendulkar, se sont précipités pour publier à leur tour un selfie avec leur fille.

Le Premier ministre, qui a 13 millions d’abonnés sur son compte twitter, a été critiqué cependant par certaines organisations de défense des droits de la femme.

«Une campagne ne peut pas se réduire aux réseaux sociaux», a dit la secrétaire de l’Association des femmes progressistes (All India Progressive Women’s Association), Kavita Krishnan. «Ou alors c’est de la poudre aux yeux», a-t-elle dit.

Le harcèlement et les violences dont sont victimes les femmes demeurent un fléau en Inde plus de deux ans après le viol d’une étudiante à New Delhi qui avait déclenché des protestations dans tout le pays. Les politiciens indiens, dont certains issus des rangs du Bharatiya Janata Party de M. Modi, se retrouvent régulièrement sous le feu des critiques pour des propos sexistes.

Depuis son arrivée au pouvoir en mai 2014, le nationaliste hindou Narendra Modi a cherché à se positionner en champion des droits des femmes. Lors de son premier discours du jour de l’Indépendance, en août 2014, il avait abordé la question des agressions sexuelles et appelé les parents à mieux élever leurs fils.

Narendra Modi avait toutefois été très critiqué début juin sur les réseaux sociaux après avoir salué la détermination de son homologue bangladaise Sheikh Hasina à lutter contre les groupes islamistes «bien qu’elle soit une femme».

Commentaires