Le Premier ministre palestinien présente la démission de son gouvernement

Le Premier ministre palestinien présente la démission de son gouvernement

191
0
PARTAGER

Le gouvernement Fayyad remettra sa démission au cours d’une réunion d’urgence du cabinet à 07H00 GMT à Ramallah (Cisjordanie), le siège de l’Autorité palestinienne.

 

Le président palestinien reconduira aussitôt M. Fayyad et lui ordonnera de former un nouveau gouvernement, a précisé la source qui a requis l’anonymat. Le Premier ministre doit rapidement entamer des consultations avec les partis palestiniens et la société civile, a-t-elle ajouté.

Le président Abbas avait fait part à la fin de l’année dernière de son intention de remanier le gouvernement dirigé par M. Fayyad, un homme politique indépendant. Il avait alors souligné que ce dernier, âgé de 58 ans et Premier ministre depuis 2007, serait reconduit dans ses fonctions.

Selon la source, les consultations pour la formation d’un nouveau gouvernement ont été retardées par les soulèvements populaires en Tunisie puis en Egypte, deux pays alliés de l’Autorité palestinienne.

Samedi, la direction palestinienne a annoncé des élections générales d’ici à septembre afin de mettre à l’épreuve sa légitimité, après les fuites sur les négociations de paix avec Israël et la débâcle des régimes égyptien et tunisien, auxquels elle était liée. Elle avait auparavant convoqué des élections municipales pour le 9 juillet, première consultation palestinienne depuis 2006.

Ces deux scrutins ont aussitôt été rejetés par le mouvement islamiste Hamas, vainqueur des législatives il y a cinq ans, qui contrôle la bande de Gaza.

Le Hamas conteste publiquement depuis des mois la légitimité de M. Abbas et de son gouvernement. Le mandat de M. Abbas a expiré en janvier 2009, mais il a été prolongé jusqu’à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle afin d’éviter un vide institutionnel.

Le 31 janvier, en pleine vague de contestation populaire en Egypte et en Tunisie, le Premier ministre Salam Fayyad –un économiste respecté en Occident pour avoir assaini les finances palestiniennes et amélioré la situation sécuritaire en Cisjordanie– avait appelé les mouvements palestiniens à « commencer à réfléchir sérieusement à des élections générales », après le scrutin municipal.

Il avait estimé « opportun de les utiliser pour mettre fin à la division et rétablir l’unité nationale », faisant allusion à la séparation de fait entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne gouverne les zones autonomes, et la bande de Gaza contrôlée par le Hamas depuis juin 2007.

L’Autorité palestinienne avait appelé à des élections générales pour le 24 janvier 2010, avant d’y renoncer face au refus du Hamas de les organiser à Gaza.

AFP____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires