LE PRINTEMPS ARABE, DEUX ANS APRÈS

LE PRINTEMPS ARABE, DEUX ANS APRÈS

372
0
PARTAGER

Aujourd’hui encore , l’étincelle de cette vague libératrice continue de menacer le pouvoir de Bachar El Assad en Syrie, un pays ui a payé le plus lourd tribut en vies humaines sans que ce bilan meurtrier n’ait inciter le dictateur syrien à quitter le pouvoir légué par son père issu d’une minorité chiite qui continue de régner sur une majorité sunnite.

 

Deux années après le début de cette vague de soulèvements, quelles leçons en gardera l’histoire ? Le point commun et le plus surprenant entre ces différents événements, c’est qu’ils ont promis aux islamistes de s’emparer du pouvoir après avoir été soumis pendant des dizaines d’années à une répression féroce de la part de régimes qui croyaient les avoir neutralisés en les excluant du jeu politique et en mettant leurs principales figures dirigeantes en prison après les avoir condamnés à de très lourdes peines de prison. En Egypte, en Tunisie, en Libye, des mouvements islamistes se sont ainsi retrouvés aux commandes des affaires des états sans qu’ils aient la moindre expérience en la matière et refusant à leurs adversaires toute critique de leur action. Ce manque d’expérience a eu des conséquences néfastes immédiates au niveau économique et social alors que les nouvelles constitutions mises en place ou en voie de l’être , ont fait l’objet de contestations, critiquant les nouveaux dirigeants élus à l’issue d’élections relativement démocratiques, et leur reprochant de suivre la même voie autocratiques de leurs prédécesseurs chassés du pouvoir.

Deux ans après ces soulèvements populaires, il n’y a pas eu de solutions miracle et les nouveaux dirigeants parviennent difficilement à fédérer leurs concitoyens autour de projets de société viables et durables qui assoiraient leur crédibilité et leur légitimité. Vis à vis de l’étranger et notamment de l’Occident qui a été surpris par cette lame de fond qui a ébranlé plusieurs pays arabes, ces derniers n’ont eu que ce qu’ils méritaient puisqu’ils ont choisi en toute indépendance , cette gouvernance islamiste qui les plonge dans une longue période d’incertitudes aggravée par le lourd passif de leurs économies respectives.

Actu-maroc.com_______________

 

Commentaires