PARTAGER
Rarement un procès pour un délit d’adultère supposé sans fondements aura traîné en longueur avec un nombre incalculable de reports non justifiés en première instance et en appel où le jugement final doit être prononcé depuis plus d’un mois. la prochaine audience est fixée pour le 3 janvier prochain avec l’espoir de la défense de voir cette affaire toucher à sa fin.
L’accusée, privée de voir ses enfants depuis 5 mois dont son dernier bébé qu’elle a à peine vu avant son incarcération, a changé d’avocats pour préparer et livrer une dernière bataille dont l’issue est plus que jamais incertaine dans un procès qui a fait la une des médias qui ont tous relevé les nombreuses failles et invraisemblances contenues dans le dossier d’accusation.
La célèbre femme d’affaires « Hind Al Achchabi » et son mari actuel, Mouhssine Karim Bennani, y sont poursuivis pour un adultère par le précédent époux koweïtien de cette dernière alors qu’ils sont unis par un contrat de mariage dûment établi et non rejeté par le juge qui, contre toute attente, a tenu à les maintenir en détention bien qu’ils disposent de toutes les garanties nécessaires pour bénéficier, conformément à la possibilité que leur accorde la loi, d’une liberté provisoire.
La femme d’affaires ne demande plus pour l’instant que justice équitable soit rendue le plus tôt possible pour que cesse cette attente interminable dont son couple, ses enfants et tous les membres de sa famille souffrent depuis l’été dernier.

Commentaires