Maison A la une LE PROCÈS DU JOURNALISTE BOUACHRINE TOURNE A LA PROJECTION PORNO

LE PROCÈS DU JOURNALISTE BOUACHRINE TOURNE A LA PROJECTION PORNO

1853
0
PARTAGER
Alors que le procès du journaliste et patron des journaux, Akhbar El Youm, Al Youm 24 et Sultana, poursuivi pour traite d’êtres humains, viols et agressions sexuelles de ses collaboratrices, ne fait que commencer, son déroulement ne tourne plus qu’autour du visionnage à huis-clos des vidéos prises dans son bureau par les caméras, le montrant dans différentes positions avec ses victimes non consentantes.
Si ces vidéos fournis comme preuves à charge sont bien celles de l’accusé, car sa défense demande une expertise, elles lui vaudrons un lourd verdict, car elles montrent à l’évidence, que le journaliste aimait jouir de ses collaboratrices en les faisant souffrir et en les réduisant à l’esclavage sexuel.
Juges, greffiers et avocats des deux parties ont pu visionner, en présence d’un accusé au bord de l’évanouissement, des images accablantes de scènes de fellation, de parties fines à trois, de collaboratrices, dont l’une enceinte,  rabaissées et poussées à lécher les pieds de leur patron ou avoir des relations entre elles devant un homme indifférent aux cris de détresse et la honte ressentie.
De mémoire de chroniqueur judiciaire qui suit le procès dans le couloirs du tribunal, l’on était jamais arrivé à un tel procès avec des projections aussi insoutenables, y compris lors de l’affaire du tristement célèbre et dépravé Commissaire Tabit, qui avait défrayé la chronique..Les comptes-rendus de ce procès hors normes et très médiatisé publiés par la presse ne cachent pas leur désolidarisation avec ce confrère.
Par Nabila Kandili
Actu-maroc.com

Commentaires