PARTAGER

Tout de suite après les prières tardives du soir et à la sortie des mosquées, des groupes de manifestants se sont formés dans la ville d’Al Hoceima pour donner lieu à de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

A coups de bombes lacrymogènes pour ces derniers, de jets de pierres et de cocktails molotov acheminés pour être prêts à l’emploi avec préméditation, le face à face s’est poursuivi jusque tard dans la nuit avec des blessés de part et d’autre et des arrestations du côté des contestataires évaluées à près de 300 par les associations de droits de l’homme présentes sur les lieux. Dans ce qui ressemble à un embrasement inéluctable de toute la région, les jeunes plusieurs autres petites villes et localités, prévenus des affrontements d’Al Hoceima sont sortis pacifiquement dans les rues pour réclamer la libération des leaders de la contestation rifaine arrêtés la veille. Les autorités avaient pris le soin de réclamer des renforts venus en grand nombre, groupes anti-émeutes en tête, pour faire face à une situation qui s’annonce très critique depuis le début des arrestations qui doivent déboucher très prochainement sur des procès aux verdicts sévères, la justice ayant choisi ces arrestations des meneurs comme mesure indispensable pour faire revenir le calme dans la région.La population n’est pas de cet avis et devrait continuer à occuper la rue chaque soi jusqu’à la libération des leaders de cette contestation à hauts risques jamais vécue par le passé.

Commentaires