PARTAGER

Le retard de l’arrivée de la saison des pluies commence à saper le moral des marocains et leur gouvernement en premier. Déjà frappées par la sècheresse et le manque d’eau, plusieurs régions, s’attendent au pire et s’apprêtent à demander aux autorités un plan d’urgence en cas de persistance de ce retard qui risque de mettre en péril la campagne agricole, notamment céréalière qui pâtirait le plus des difficultés à venir. Des difficultés appelées à s’accentuer puisque les pluies ne sont pas attendues dans les prochains jours ce qui devrait inciter le gouvernement à tirer le signal d’alarme et prévoir des changements dans la loi de finances 2018 qui vient d’être adoptée au parlement sans avoir retenu ce cas de figure.

Les citoyens lambdas, voient, eux, ces difficultés à travers le prisme de leurs répercussions sur le coût des produits de première nécessité avec une envolée des prix généralisée alors que les augmentations fantaisistes dans les rayons des supermarchés pénalisent déjà les portefeuilles des chefs de familles.

Pour l’heure et avec des semaines de retard par rapport aux prévisions habituelles, aucune prière rogatoire dans les mosquées n’a été décidée pour accélérer les précipitations, preuve , selon certains analystes, que tout n’est pas encore perdu. Le pessimisme reste de mise.

 

Par Nabila Kandili

Actu-maroc.com

Commentaires