Le roi Abdallah d’Arabie opéré de nouveau aux Etats-Unis

Le roi Abdallah d’Arabie opéré de nouveau aux Etats-Unis

270
0
PARTAGER

Mais l’âge du souverain et son hospitalisation aux Etats-Unis ont relancé les spéculations sur sa succession à la tête de la monarchie des Al-Saoud fondée en 1932 et qui focalise l’attention d’autant plus que le royaume est le premier producteur de l’Opep avec 8,2 millions de barils par jour.

« Le roi Abdallah subira vendredi après-midi une opération destinée à réparer plusieurs vertèbres de la colonne vertébrale pour compléter la première opération conformément au plan de traitement mis au point par son équipe médicale », a indiqué le palais royal dans son communiqué sur l’agence Spa. Il avait été opéré une première fois le 24 novembre à New York et le palais royal avait évoqué une intervention réussie et indiqué que le roi a pu marcher.

 

Plus récemment, le ministre saoudien de la Santé Abdallah al-Rabia avait affirmé que le roi avait commencé « programme de physiothérapie et de rééducation comme l’ont recommandé ses médecins », en voulant rassurer les Saoudiens. Depuis qu’il a été intronisé en 2005, le roi Abdallah est crédité d’avoir lancé des plans de réforme du royaume ultra-conservateur et d’avoir gardé le pays dans le giron des proches alliés des Etats-Unis.

Les autres princes de la famille royale qui sont dans la ligne de succession sont des septénaires ou des octogénaires, y compris le prince héritier Sultan ben Abdel Aziz, et ils sont aux affaires depuis de longues décennies.

Le prince héritier et ministre de la Défense, qui était en « séjour privé » au Maroc depuis fin août, a été soigné pour un cancer en 2008 et 2009 aux Etats-Unis, selon des sources diplomatiques, et a passé plus d’un an en convalescence à l’étranger.

Le prince Sultan, qui aurait 85 ans, est rentré du Maroc le 21 novembre pour assumer le pouvoir en l’absence de son demi-frère le roi Abdallah. Il a ainsi présidé lundi la réunion ordinaire du Conseil des ministres.

Son frère, le prince Nayef ben Abdel Aziz, 76 ans, est considéré comme le suivant dans l’ordre de succession. Deuxième vice-Premier ministre, il dirige depuis 35 ans le ministère de l’Intérieur et semble être impliqué plus directement dans la gestion des affaires courantes du royaume.

En outre, l’état de santé du roi amène les observateurs à se demander jusqu’à quel point se poursuivront les réformes politiques et sociales qu’il a engagées, celles-ci commençant à se faire sentir dans la vie quotidienne du royaume.

Ainsi, l’emprise de la police religieuse, redoutée par la population, a été desserrée, et les femmes osent désormais se découvrir le visage et agrémenter les abayas noires de motifs et de couleurs.
Au plan régional, l’hospitalisation du roi Abdallah coïncide avec la publication de câbles diplomatiques américains par le site WikiLeaks qui révèlent que Ryad, redoutant un Iran hégémonique dans la région, est en faveur d’une attaque contre les installations nucléaires de son voisin.

« Il vous a dit de couper la tête du serpent », déclare, en citant le roi, l’ambassadeur saoudien à Washington, Adel al-Jubeir, à son homologue américain en Irak, Ryan Crocker. Il leur rappelle les « exhortations fréquentes (du roi) aux Etats-Unis pour attaquer l’Iran et mettre un terme à son programme d’arme nucléaire », selon la retranscription de la réunion du 17 avril 2008.

Commentaires