PARTAGER
Le roi Mohammed VI a toutes les raisons de se poser en défenseur acharné du statut d’Al Qods, la ville sainte, en sa qualité de président du Comité du même nom, institué par son défunt père, Hassan 2, déjà conscient et sensible à son époque des risques menaçant  cette ville des trois religions, mais historiquement mise sous la tutelle palestinienne qu’Israël a toujours voulu annexer à son territoire pour des raisons aussi bien politique que religieuses ou bien stratégiques.
Elle vient de trouver en Donald Trump et son gendre de confession juive Jared Kushner, les fidèles exécutants de ce rêve, qui éloignent encore plus les États-Unis de leur supposée neutralité dans le conflit israélo-palestinien et qui les disqualifient de tout processus de paix dans la région. Le souverain,qui garde espoir de voir le président Trump changer de discours jusqu’à la dernière minute, est bien conscient que se sera chose impossible et qu’il est urgent d’envisager avec les palestiniens et Amman,une réponse pondérée et réaliste.
Le roi Mohammed VI ,qui a été l’un des premiers chefs d’états à envoyer un message au président américain pour le mettre en garde contre les conséquences incalculables de sa décision pour la sécurité dans le monde et pour les relations entre les États-Unis et leurs alliés arabes et musulmans,signe là une première initiative à laquelle devraient succéder d’autres démarches communes, comme la convocation d’un sommet arabe ou islamique dans les prochains jours.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com
Tags : Actualités marocaines, infos, scoop, news, faits divers, économie, culture, Maroc, Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger, Fés, Salé, Aéroport, Jérusalem, Donald Trump, Israel, Washington, Palestine, Roi Mohamed VI,

Commentaires