PARTAGER

Sensible à la situation sociale des vendeurs ambulants qui ont connu de nombreux suicides dans leurs rangs ces dernières semaines après avoir subi des mauvais traitements et la « hogra » en public, le roi Mohammed VI a donné ses instructions pour la mise en place d’une commission gouvernementale chargée d’apporter des solutions pérennes à leurs problèmes avec les autorités à travers le pays.

C’est en substance ce qu’a révélé le ministre délégué à l’intérieur, Charqui Draiss, devant le parlement. Cette commission, a-t-on appris, examine cet épineux problème sous toutes ses formes et tous ses angles pour épargner au Maroc des incidents similaires à ceux qu’a connu la Tunisie, il y a cinq ans après l’immolation d’un vendeur devenu désormais un célèbre martyr, du nom de Bouazizi. Pour cela, c’est une tâche titanesque qui attend cette commission qui a décidé, dans une première étape, d’identifier et répertorier l’ensemble de ces vendeurs ambulants par catégorie qui se verront attribuer des emplacements gratuits, permanents et règlementés afin d’y exercer leurs activités avec un horaire à respecter.

Ils pourront, pour certains d’entre eux, également obtenir en guise d’aide, des moyens de transport pour leurs marchandises comme les triporteurs avec la ferme intention de l’état de leur apporter toute l’aide nécessaire et leur rendre la dignité que les agents d’autorité ont souvent piétiné jusqu’à pousser bon nombre d’entre eux à se suicider.

Commentaires