PARTAGER

En faisant porter le nom de Abderrahman El Yousfi, à une avenue de Tanger, sa ville natale, le roi Mohammed VI a voulu montrer dans le cadre des célébrations de la fête du trône de cette année, le respect et la profonde estime qu’il garde pour ce chef de gouvernement de la transition historique vécue par le Maroc à la veille de la disparition de feu le roi Hassan II jusqu’aux premières années de règne de l’actuel souverain.

Une grande émotion était au rendez-vous pour ces retrouvailles entre les deux hommes qui ont appris à se connaître et se respecter mutuellement dans une période délicate de l’histoire du pays. Avec un mot de remerciement très court et très simple, l’ancien avocat des droits de l’homme et l’opposant de naguère, Abderrahmane Youssoufi, est revenu soudain sur les devants de la scène et les feux des projecteurs de l’actualité éteints après son retrait de la scène publique et politique, entrecoupé d’apparitions discrètes et mesurées au fil d’une retraite partagée entre le Maroc et la France.

Comme il est de coutume de dire que l’État n’oublie pas ses serviteurs, le Roi Mohammed VI, vient d’en faire la meilleure des démonstrations envers un homme qui a tant donné sans rien demander.

Par Jalil Nouri E

 

Commentaires