PARTAGER
Alors qu’aucun communiqué officiel du palais royal n’est venu confirmer sa tenue mardi dernier, une réunion se serait déroulée au palais royal de Rabat sous la présidence effective du roi Mohammed VI accompagné de certains de ses conseillers et en présence de ministres concernés par les résultats de l’enquête menée par une commission mixte intérieur-finances dont le souverain avait ordonné la mise sur pied ainsi que de hauts responsables d’administrations impliquées dans la réalisations de grands chantiers de développement socio-économique à travers tout le pays.
Le roi aurait été, selon les révélations du quotidien arabophone, Assabah, informé des grandes lignes du rapport final de cette commission et se serait vu remettre le rapport détaillé en question qui détermine les responsabilités dans tous les projets, pas seulement ceux de la région du Rif, lancés ces dernières années par le souverain et qui ont accusé de grands retards dans leur exécution ou sur lesquels planent des soupçon,s d’enrichissement illégal d’élus ou d’autres responsables chargés de les mener à bon port. Dans ce contexte et suite à la colère royale qui a marqué le dernier conseil des ministres, il ne fait plus de doute que des sanctions sévères seront prises à l’égard de ses responsables allant de leur licenciement jusqu’à des procédures judiciaires devant une chambre spécialisée. Depuis cette réunion, les murs de plusieurs ministères et administrations tremblent dans la capitale et le couperet devrait s’abattre dans quelques jours, pour donner l’exemple du fameux principe de la reddition des comptes.

Commentaires