PARTAGER

Les pratiques corrompues de la royauté et des fonctionnaires saoudiens ont coûté au moins 100 milliards de dollars au royaume  de l’Arabie Saoudite au cours des décennies.

Le procureur général de l’Arabie saoudite, Sheikh Saud Al Mojeb, a donné l’estimation des pertes dans un communiqué jeudi.

Il a également dit que 208 personnes ont été interrogées dans le cadre d’une enquête approfondie. Sept d’entre eux ont été libérés sans inculpation.

« Sur la base de nos enquêtes au cours des trois dernières années, nous estimons qu’au moins 100 milliards de dollars ont été utilisés à mauvais escient par la corruption systématique et le détournement de fonds depuis plusieurs décennies », a déclaré le responsable juridique du royaume.

« La preuve de ces actes répréhensibles est très forte et confirme les soupçons initiaux qui ont conduit les autorités saoudiennes à commencer l’enquête en premier lieu ».

Les autorités saoudiennes ont arrêté samedi des douzaines de membres de la famille royale, d’hommes d’affaires et de hauts responsables du gouvernement lors d’un balayage anti-corruption. Parmi les personnes arrêtées figuraient le milliardaire homme d’affaires, le prince Al waleid Ben Talal, l’ancien chef de la cour royale Khaled Al-Tuwaijri et le nabab des médias saoudiens Walid Al-Ibrahim.

La banque centrale saoudienne a gelé les comptes personnels des personnes faisant l’objet d’une enquête. Et les autorités des Émirats arabes unis auraient demandé aux banques de fournir des informations sur les avoirs détenus par 19 membres de la famille royale et des fonctionnaires saoudiens.

Il semble que les autorités saoudiennes se préparent à une longue enquête. Certaines personnes arrêtées seraient détenues au Ritz Carlton 5 étoiles de Riyad, qui a été interdit aux autres clients depuis le week-end. Maintenant, il semble être «complet» jusqu’au 1er février 2018.

Marriott, propriétaire de l’hôtel, a refusé de commenter la situation au Ritz en invoquant «l’intimité des invités». « Nous ne parlons pas des invités ou des groupes avec lesquels nous faisons des affaires ou qui peuvent être des visiteurs de l’hôtel », a déclaré un porte-parole.

Les arrestations ont suivi la création d’un nouveau comité anti-corruption dirigé par le prince héritier Mohammed Ben Salmane. Il a le pouvoir d’enquêter, d’arrêter, d’émettre des interdictions de voyager et de geler les biens de ceux qu’il trouve corrompus.

Les responsables saoudiens affirment que ces arrestations s’inscrivent dans le cadre d’un effort de nettoyage de la maison en faveur de l’effort du prince héritier pour réformer l’économie du pays et mettre fin à ce qu’il appelait autrefois sa « dépendance » au pétrole. Des changements radicaux sont déjà en cours, notamment des réductions de subventions, de nouvelles taxes et la fin d’une interdiction controversée de la conduite des femmes.

« Le renforcement de la position de Ben Salmane devrait profiter à la réforme à court terme étant donné que le prince héritier a été le principal moteur de la réforme Vision 2030 en Arabie saoudite », a déclaré jeudi l’agence de notation Fitch. 

Commentaires