PARTAGER
Alors que plusieurs noms de personnalités marocaines officielles et du monde des affaires sont citées dans le volumineux rapport explosif sur les détenteurs de comptes off-shore et les auteurs d’évasion fiscale, les fameux « Panama Papers » à la une de tous les médias du monde, l’événement n’est suivi que de très loin par l’opinion publique et les médias tous titres confondus. Les marocains ,dans leur ensemble, attendent des développements, certes, mais ne croient pas à des vagues.
Si le gouvernement a botté en touche par la voix de son porte-parole et si les partis politiques de la majorité comme de l’opposition regardent ailleurs, la société civile dans sa frange des mouvements des droits de l’homme, se mobilise, elle en créant un collectif pour que des enquêtes et ultérieurement des poursuites soient engagées contre les personnes sur lesquelles pèsent des soupçons sur la base des conclusions du fameux rapport « Panama Papers » et pour lesquelles elles ont confié au remuant bâtonnier Benameur, le soin d’assurer une veille et d’enrichir le dossier en vue d’une future bataille.
Plusieurs jours après la divulgation des secrets présentés comme embarrassants pour le pouvoir, c’est curieusement le palais royal qui a été le seul à réagir pour l’instant, par la voix de son avocat, Hicham Naciri, qui s’est montré très disponible avec la presse en adoptant une position transparente après que le secrétaire particulier du roi ait été cité dans ce rapport.
Par Jalil Nouri

Commentaires