LE SIGNAL FORT DES REFORMES

LE SIGNAL FORT DES REFORMES

381
0
PARTAGER

Des moyens similaires avaient été attribués ces dernières semaines au Conseil National des Droits de l’Homme, à l’Instance Centrale de la prévention de la Corruption ainsi qu’à celle de la médiation.

Pour le conseil de la concurrence, celui-ci voit sa marge de manœuvre s’agrandir pour englober le contrôle des concentrations économiques, la création d’un climat propice à la concurrence loyale, la liberté d’entreprise, l’égalité des chances et la lutte contre l’économie de rente…autant de missions destinées à améliorer l’image du pays dans le domaine du climat des affaires et de l’investissement. Plus autonome et avec des compétences élargies, ce conseil dont le rôle sera institutionnalisé dans la future constitution, deviendra ainsi un élément moteur dans la mise à niveau de l’économie en participant à la modernisation et à la consolidation de la compétitivité et en attirant un investissement productif.

Dans le même esprit et quelques jours plus tôt, c’était à l’Instance Centrale  de Prévention de la Corruption de donner également un signal fort avec la décision royale de procéder à la révision du cadre légal qui régit cette institution dans le sens également de l’élargissement de ses prérogatives et du renforcement de ses modes de fonctionnement, en lui conférant le pouvoir d’auto saisine pour les cas de corruption et toute forme de prévarication. Cette instance qui réclamait ces moyens depuis longtemps et qui souffrait d’un manque de moyens humains et matériels ainsi que l’absence de mécanismes de suivi et de coordination,  voit s’ouvrir devant elle à présent de nouvelles perspectives pour prouver son efficacité à endiguer ce fléau.

Il en est de même pour le Conseil National des Droits de l’Homme, venu remplacer récemment le conseil consultatif en charge de cette question. Cette décision a placé cet organisme dans les standards internationaux en la matière. La même démarche et la même philosophie qui ont prévalu pour les précédents organismes ont marqué également ce changement de cap et des méthodes de travail que le domaine institutionnel de la défense des droits de l’homme connaissait jusqu’à présent. Ainsi , il a été remarqué que le conseil faisait preuve d’initiatives comme mener des enquêtes sur le terrain ou bien être à l’origine de la libération de prisonniers politiques par le biais de mémorandum adressé au palais royal.

Il est évident que ces changements majeurs répondent à un double objectif: répondre aux revendications formulées lors des dernières manifestations et faire coïncider ces mêmes réformes avec l’avènement d’une nouvelle constitution et d’une nouvelle ère sur les scènes politiques et institutionnels. Ces changements, sans que cela ne soit traduit explicitement, constituent par la même occasion  des signaux forts à l’adresse des pays qui s’intéressent de près au Maroc qui, en suivant cette dynamique mérite bien d’être considéré comme une exception dans la région.

 

Pour être en phase avec le climat que nous vivons, Actu-Maroc tient à ouvrir le débat sur les réformes à mener en vous y associant. Aussi, nos lecteurs sont invités à nous faire part de leurs propositions afin que nous puissions tous ensemble enrichir ce débat en accomplissant ce devoir de citoyens impliqués dans la marche de leur pays.

 

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com ________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires