PARTAGER

Après avoir été le roi de l’immobilier, le président américain s’est vite transformé en roi du monde depuis qu’il est arrivé à la Maison Blanche voila 8 mois. Chamboulant les rapports internationaux, Donald Trump s’est distingué lors du dernier sommet des 20 plus grandes nations industrialisées qui s’est tenu ce week-end à Hambourg en Allemagne. Non pas pour les manifestations gigantesques provoquées par sa présence chez les extrémistes de gauche et les anticapitalistes mais pour être sorti grand vainqueur parmi les chefs d’états présents qui n’ont pu que constater à quel point cet homme était un dur à cuire qui sait profiter largement de sa position de force en ne cédant et en obtenant beaucoup pour sa politique protectionniste et isolationniste. Que ce soit sur le commerce ou sur les changements climatiques, Donald Trump est reparti de Hambourg avec deux certitudes: personne n’est en mesure de le faire plier sur ses positions arrêtées dès sa campagne électorale et qui se résument dans son fameux slogan « America First », son pays d’abord et ses intérêts avant ceux de la planète. L’homme sait refermer les portes derrière lui pour éviter tout dialogue qui tenterait de le faire oublier ses promesses électorales et c’est ainsi qu’il aura obtenu les concessions qu’il voulait de la part du G20, sur le climat d’abord, en se retirant de l’accord de Paris qui sera renégocié en décembre à Paris à la demande du résident Macron, et sur le commerce en annulant les accords précédents pour remettre les compteurs à zéro également. Ce n’est qu’un début et le meilleur est à l’avenant.

Commentaires