PARTAGER

Le vin marocain pourrait devenir dans les prochaines années un sérieux concurrent pour les producteurs historiques comme la France ou encore l’Italie.

Pour ce faire, le Maroc investit beaucoup, notamment dans les caves et dans les équipements, affirme Jean-Marie Aurand, directeur général de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) à RFI. « Au Maroc, ils ont un vrai potentiel. Ils sont en train de moderniser leur secteur, d’investir dans les vignobles, pour rénover les cépages ; d’investir aussi dans les caves, dans les équipements ».

Le professionnel n’a pas hésité à vanter la qualité du vin marocain. « Au Maroc, tous les vins que j’ai dégustés sont des vins incontestablement de qualité, qui sont compétitifs sur le marché international. Et ils sont exportés partout dans le monde », a-t-il ajouté, soutenant que c’est grâce à l’évolution de la formation des professionnels du vin que le Maroc commence à se faire une place au niveau mondial.

Sur le continent, c’est l’Afrique du Sud qui a investi très tôt dans ce secteur et qui détient aujourd’hui la 7e place mondiale. D’autres pays comme la Tunisie et l’Algérie s’y sont également mis mais plus tardivement.

Commentaires