PARTAGER

L’histoire du poissonnier Mohssine Fikri mort broyé à El Houceima par une benne à ordure en raison d’un différent administratif est-elle entrain de se répéter à Tanger? Cette
affaire qui dure depuis un an est à l’origine de la contestation sociale qui perdure avec
violence dans la région du Rif.
A tanger, la donne est différente mais la conclusion est la même avec des risques de
tensions et d’affrontements entre les autorités et la population qui se mobilise depuis 15
jours déjà pour crier à l’injustice. Elle réclame haut et fort que l’ingénieur de la Wilaya en
charge d’équipement, Mohamed Ibrahimi, soit traduit en justice et incarcéré pour avoir agressé verbalement et même physiquement un employé de Maroc Télécom qui décédera un peu plus tard d’une crise cardiaque suite à l’altercation avec cet ingénieur. Or, ce dernier n’a pas été inquiété et à même été éloigné et suspendu sur ordre du Wali tant que l’enquête n’est pas bouclé d’une part et pour échapper à la colère de la population qui manifeste quotidiennement devant la Wilaya d’autre part. La tension ne baisse pas dans la ville ni ses environs, bien au contraire elle se propage avec inquiétude.
Tanger retient son souffle et se prépare à de futurs développements puisque aux dernières nouvelles, une première séance au tribunal est prévue mardi prochain. Cela sera t-il suffisant pour ramener le calme et redonner espoir à la famille du défunt, père de trois enfants, pour que justice soit enfin rendue ?

 

Commentaires