PARTAGER
Le Zimbabwe peur respirer après avoir évité un bain de sang et une guerre civile après les 37 années de pouvoir absolu de son président, Robert Mugabe, qui s’est résigné à rendre son tablier pour ne pas enfoncer son pays plus qu’il ne l’est actuellement au milieu de crises multiformes.
En remettant sa démission à 93 ans, le vieux président n’aurait jamais pensé que son parti, la Zanu, l’armée et la population exigeraient un jour son départ. L’Union Africaine attendra les prochains mois pour savoir si ce pays d’obédience faussement marxiste changera de cap et d’orientation idéologique. Il n’est pas certain qu’il le fasse si le vice-président, un homme dur surnommé le crocodile, s’accroche lui aussi au pouvoir a Harare.
Le Maroc suivra de près cette transition, puisque le Zimbabwe reste le dernier soutien , avec l’Afrique du Sud, des séparatistes en Afrique Australe.
Ce pays, autrefois riche pur ses ressources minières et son agriculture florissante a été laissé en état de faillite et en ruine par celui qui a fait de sa présidence sans partage, un moyen d’enrichissement indécent pour ses proches et les caciques de son parti sur lequel il a régné pendant plus de 40 ans.Après avoir combattu pour la décolonisation de son pays, l’ancienne Rhodésie où sévissait un régime d’apartheid est devenu un tyran et un potentat parmi les lus cruels du continent. Normal que la population aiit fêté , sans regret, son départ auquel plus personne ne croyait.
Par Nabila Kandili
Actu-maroc.com

Commentaires