Légère hausse des prix des actifs immobiliers en 2015

Légère hausse des prix des actifs immobiliers en 2015

941
0
PARTAGER
L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a accusé une légère hausse de 0,6 % en 2015, après une baisse de 0,4 % en 2014.

C’est ce qu’ont annoncé Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Cette situation résulte des augmentations de 0,7 % des prix du foncier et de 0,9 % de ceux des biens résidentiels, avec notamment une progression de 0,8 % pour les appartements, relève une note sur la tendance globale du marché immobilier au cours du 4ème trimestre 2015, ajoutant que les prix des biens à usage professionnel se sont repliés de 2,1 %, traduisant un recul de 2,1 % pour les locaux commerciaux et de 3,2 % pour les bureaux.

Le nombre de transactions s’est, quant à lui, replié pour toutes les catégories d’actifs en 2015, fait savoir la note, précisant que les ventes des biens résidentiels ont diminué de 7,1 %, reflétant notamment un recul de 6,9 % des transactions portant sur les appartements.

De même, les ventes des terrains ont accusé une diminution de 2,8 % et celles des biens à usage professionnel ont reculé de 3,5 %, en liaison avec une baisse de 4,2 % des transactions portant sur des locaux commerciaux, ajoute la même source.

Par ville, les prix ont affiché des augmentations, allant de 0,6 % à Fès à 2,7 % à Kenitra et des baisses respectives de 4,3 % et 1,8 % à Marrakech et à El Jadida.

A Casablanca, l’IPAI a enregistré une hausse de 1 %, traduisant des augmentations de 1,4 % des prix des biens résidentiels et de 2,8 % de ceux des terrains, alors qu’à Rabat, l’IPAI a augmenté de 2,2 %, avec des appréciations des prix de 2,3 % pour les biens résidentiels et de 9,3 % pour ceux à usage professionnel.

Au 4ème trimestre 2015, l’IPAI s’est accru de 0,8 % par rapport à la même période de 2014, selon BAM et l’ANCFCC.

Cette hausse résulte d’une progression de 0,4 % des prix des actifs résidentiels et de 1,7 % pour le foncier, relève la note, notant que les prix des biens à usage commercial ont quasiment stagné.

Pour sa part, le nombre des transactions a accusé une baisse de 5,8 %, reflétant le recul des ventes de toutes les catégories d’actifs avec des baisses de 6 % pour le résidentiel, de 4,5 % pour les terrains et de 6,4 % pour les biens à usage professionnel.

D’un trimestre à l’autre, les prix ont enregistré une légère hausse de 0,5 %, résultat d’une augmentation de 0,7 % des prix du résidentiel et de 1,2 % de ceux des biens à usage commercial, précise la note, ajoutant que les prix des terrains ont, en revanche, connu une légère baisse de 0,4 %.

Pour ce qui est des transactions, elles se sont inscrites en augmentation de 9,8 %, avec des accroissements de 8,7 % des ventes des biens résidentiels, de 11,2 % des terrains et de 18 % des biens à usage professionnel, ajoute la même source.

Par villes, l’IPAI a progressé au niveau de Casablanca de 5,8 %, en relation avec l’accroissement de 7,7 % des prix des appartements, ceux du foncier et des biens à usage professionnel ayant reculé de 3 % et 0,3 % respectivement. A Rabat, l’IPAI a progressé de 3,8 % avec une augmentation des prix de toutes les catégories d’actifs.

A l’inverse, l’IPAI a reculé de 0,9 % au niveau de Marrakech, en liaison avec les baisses enregistrées pour les prix des appartements et ceux du foncier de 1,1 % et de 2,1 % respectivement, tandis qu’à Tanger, il s’est stabilisé à son niveau du troisième trimestre.

Les indices des prix des actifs immobiliers ont été élaborés conjointement par BAM et l’ANCFCC à partir des données de cette dernière.

De périodicité trimestrielle, ces indices ayant pour base 100 en 2006, sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode ne prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée.

Commentaires