PARTAGER

Le taux de participation aux élections législatives de 2016 ne dépassait pas les 10% à la mi-journée, légèrement en baisse par rapport au scrutin précédent.

Il est à craindre que cet indicateur ne soit le présage d’une faible participation au niveau général, ce qui fausserait encore une fois la donne politique pour fournir une cartographie tronquée de la réelle importance de chaque formation sur l’échiquier électoral, le grand casse-tête des autorités. Les efforts de ces dernières consentis pour la réussite de cette opération s’annoncent d’ores et déjà vains puisque la mobilisation des électeurs ne sera pas au rendez-vous, la chose étant pratiquement acquise ou du moins donnée pour telle. Sans attendre, la question du choix de la journée de vote un vendredi se pose une nouvelle fois avec acuité. Car depuis que kles différentes opérations électorales se déroulent les vendredi, les taux de participation n’ont jamais été importants. faudra-t-il se résoudre à changer de jour, une alternative à laquelle le ministère de l’intérieur est réticent pour des raisons que lui seul connait.

Entre-temps, les marocains feront toujours preuve d’un manque d’empressement aptès la prière hebdomadaire du vendredi, contrairement à un autre jour de la semaine.

Commentaires