L’Egypte entame une phase de transition sous la direction de l’armée

L’Egypte entame une phase de transition sous la direction de l’armée

202
0
PARTAGER

Les premières manifestations de ces changements ont été visibles, dimanche soir, avec la décision de l’armée égyptienne de démanteler toutes les institutions du régime de l’ex-président Hosni Moubarak, en annonçant la suspension de la Constitution et la dissolution du conseil de la Choura et de l’assemblée du peuple, dominée par une majorité écrasante d’élus du parti au pouvoir suite à des élections entachées d’irrégularités et de fraudes massives.

Le Conseil suprême des forces armées égyptiennes, aux commandes depuis le départ de Moubarak sous la pression de la rue après 18 jours de manifestations, a annoncé aussi la prise en charge de la direction des affaires du pays provisoirement pendant une période de six mois ou jusqu’à la fin des élections dans le pays et l’élection d’un Président de la République.

Ces décisions ont mis ainsi fin aux spéculations et demandes de certaines forces politiques après le départ de Moubarak et dont certains parlaient surtout de la formation d’un conseil présidentiel, composé de quatre civils et d’un militaire.

Ainsi, le conseil suprême a pris plusieurs décisions allant dans le sens d’assurer une transition pacifique répondant aux revendications de la rue en grogne depuis le 25 janvier à travers notamment la dissolution du parlement et la suspension de la Constitution, ainsi que la création d’une commission pour l’amender et l’organisation d’un référendum sur ces changements.

Dans une déclaration dimanche soir à la chaine de télévision « Al Hayat », un porte-parole de l’armée a indiqué que cette commission a été formée pour superviser l’amendement de la Constitution égyptienne et que sa composition sera bientôt annoncée.

Le conseil, qui réunit les plus hauts gradés sous la direction du ministre de la Défense Mohamed Hussein Tantaoui, a aussi indiqué qu’il gouvernerait par décret-loi pendant la période de transition et que M. Tantaoui était chargé de le représenter  » à l’intérieur et à l’extérieur  » du pays.

Samedi, le Conseil suprême des forces armées avait également promis de passer le relais à terme à un pouvoir civil élu, pour bâtir une nation  » libre et démocratique « .

Quant au dernier gouvernement de l’ère Moubarak, mis en place par le président peu après le début du soulèvement le 25 janvier, il continuera à assurer la gestion des affaires courantes, jusqu’à la nomination d’une nouvelle équipe, selon l’armée.

Ce gouvernement d’Ahmad Chafik s’est réuni dimanche pour la première fois depuis le départ de Moubarak en fixant comme première priorité  » la restauration de la sécurité et la facilitation de la vie quotidienne de la population « .

Le principal défi de l’Egypte est la réalisation du progrès, la consolidation des énergies pour un climat de liberté et de démocratie et les amendements législatifs qui reflètent les opinions du peuple, a ajouté l’armée, réitérant la ferme conviction que la liberté et le renforcement des valeurs d’égalité, de démocratie, de primauté de la loi et de justice sociale et l’éradication de la corruption, est la pierre angulaire de tout régime démocratique.

Ces décisions, accueillies avec soulagement par les partisans de la démocratie qui redoutaient de voir l’armée faire obstacle au changement initié par la démission de Moubarak, interviennent en réponse aux revendications de la rue qui appelle aussi à la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 1981 et l’organisation d’élections présidentielles anticipées.

Malgré ces décisions, qualifiées de  » courageuses « , les manifestants de la place  » Tahrir  » maintiennent toujours l’appel en faveur d’une  » grande marche de la victoire  » vendredi, une semaine après le départ d’Hosni Moubarak, au pouvoir depuis trente ans.

____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires