PARTAGER

Cette fin de semaine sera très riche en tractations, marchandages, menaces et chantages alors que les jeux sont déjà faits pour les présidences de la majorité des communes et des régions après les résultats issus des dernières élections communales et régionales.
Mais les dégâts sont considérables pour la crédibilité du scrutin et la confiance placée par les électeurs dans les partis pour qui, ils ont cru voté.

Ces derniers jours, le spectacle désolant des accords contre-nature entre la coalition gouvernementale, pourtant principale gagnante et les formations de l’opposition pour assurer aux composantes de la première une majorité confortable a atteint des degrés tels qu’ils décourageraient à jamais les citoyens à voter lors du prochain scrutin législatif de 2016. L’on n’y est pas encore mais la classe politique s’y prépare de la manière la plus lamentable qui soit en n’ayant pas tiré les leçons du très faible taux de participation. Le pire est qu’aucun parti n’a fait son auto-critique ni même envisagé de le faire en continuant à bafouer les règles élémentaires de l’honnêteté politique et le respect dû aux électeurs.

Ce week-end encore, le marché de la présidence des villes et des régions continuera à battre son plein avant la proclamation des résultats des votes définitifs mercredi prochain.

Par Jalil Nouri

Commentaires