PARTAGER

Après avoir perdu plus de la moitié des revenus obtenus du pétrole et
avec un prix du baril qui vient de descendre en dessous des 45 dollars,
l’Algérie n’a plus d’autre choix qu’un régime d’austérité draconien que
les autorités ne veulent pas évoquer.

Longtemps cachée, l’amère réalité est vécue au grand jour dans le pays
et les algériens en découvrent les affres avec des conditions de vie
insupportables pour le commun d’entre eux alors que leurs dirigeants
continuent de vivre dans l’opulence.

Cynique et sans aucune pitié, le gouvernement a décidé en pleine crise
et pour renflouer ses caisses presque vides, d’instaurer une taxe
d’habitation applicable à tous, qui a suscité une colère assourdissante
au sein de la population.

Pour le reste, le plan de développement quinquennal a été amputé d’une
partie importante de ses ambitions initiales pour être recentré sur
des projets qui ne peuvent attendre et qui se situent au stade final
de leur achèvement à la date prévue.

Avec une situation financière aussi exsangue, le gouvernement ne cesse
de lancer des messages pour appeler la population à la patience en
leur promettant une issue favorable très prochainement tout en sachant
que cette promesse ne sera pas tenue.

Commentaires