PARTAGER

Si l’on se réfère à la loi de finances de l’an prochain actuellement à l’étude au parlement et mis à part les prix des carburants qui seront libéré dans un contexte indécis mais qui restera orienté à la baisse, de nombreux produits et services devraient subir des augmentations avec des réajustements de la TVA ou l’application de la TIC, la taxe intérieure à la consommation.

Les habitués des navettes de l’ONCF et les passagers des trains occasionnels devront se familiariser avec de nouveaux tarifs des billets revus à la baisse à partir du premier janvier prochain en raison d’une hausse de la TVA qui passera de 14 à 20%. En ce qui concerne les prix de grande consommation et lors que son prix sur le marché international, le beurre devrait se vendre plus cher. Pour leur art, les contrats d’assurance connaitront également de nouveaux barèmes puisque la taxe sur les contrats sera relevée de 7%. Enfin les fumeurs seront les plus taxés avec une augmentation de 25% de la TIC de quoi les faire renoncer définitivement à leur addiction alors que curieusement, les alcools seront épargnés cette fois-ci.

Ces mesures, une fois votées, ne cacheront pas des augmentations sauvages non inscrites dans la loi de finances 2016 et qui peuvent intervenir à différentes périodes de l’année en raison de la spéculation. Ce sont elles qui font le plus mal au citoyen.

Par Jalil Nouri

Commentaires