PARTAGER

Depuis ce mercredi 26 juillet 2017, les marocains ont accès aux premières banques islamiques du pays que les autorités monétaires ont préféré banques « participatives ». L’attente n’avait que trop duré après des années de préparation et de recherche d’un consensus avec l’écosystème financier du pays très réticent à cette concurrence venu des pays du Golfe et qui pourrait leur faire perdre des parts de marché à plus ou moins long terme.

Pour l’heure aucune banque étrangère spécialisée à 100% dans ce secteur n’a encore pris pied dans le royaume et seules deux banques marocaines, Attijariwafa avec sa filiale Dar Essafa et le Crédit Immobilier et Hôtelier avec son appendice Umnia Bank ont démarré leurs activités dans plusieurs villes sur fond d’une communication agressive expliquant ka philosophie de ce type d’établissements conformes à la « Chariaa » et ses préceptes en la matière qui rejettent l’idée de l’intérêt sur les prêts, pour ne citer que cet aspect important et fédérateur pour tous ceux qui étaient réticents à confier leur épargne aux banques classiques. Outre les négociations avec les acteurs du secteur bancaire, il aura fallu également en mener d’autres avec le Conseil Supérieur des Oulémas et un Comité Chariâa de la Finance Participative avant que le feu vert ne soit définitivement donné par Bank Al Maghrib. Il reste cependant, pour que l’entrée en service soit réellement effective, il faudra attendre le règlement d’un point très important encore en suspens, celui des contrats d’assurance de financements participatifs « Takaful » pour être en totale conformité avec le système bancaire marocain.

Commentaires