PARTAGER

Deux femmes vont bientôt commencer le très sélectif entraînement pour intégrer pour la première fois les Bérets verts, les forces spéciales de l’armée de terre américaine jusqu’à présent exclusivement masculines. « Ce sont les deux premières femmes à avoir été sélectionnées » pour cette formation, a indiqué à l’AFP le major Melody Faulkenberry, porte-parole de l’école où sont formés les Bérets verts, refusant de donner des détails sur l’unité d’origine des deux jeunes femmes, qui sont déjà officiers dans l’armée. La formation des Bérets verts est très sélective, et elles ne sont pas certaines de parvenir in fine à coiffer le prestigieux couvre-chef.

Cette ouverture du recrutement est une conséquence directe de la décision de l’administration du président Barack Obama, en décembre dernier, de supprimer toute restriction à l’accès des femmes aux différents postes de l’armée américaine, même les plus exposés et les plus exigeants physiquement. Cette décision est entrée en vigueur en janvier. Les femmes doivent remplir les mêmes exigences de capacités physiques que les hommes. Elles représentent actuellement environ 15,6% du personnel militaire américain en service actif (1,34 million) toutes branches confondues (Marines, Navy, Air Force et armée de terre).

Trois femmes officiers avaient contribué l’an dernier à faire tomber les dernières hésitations sur les capacités des femmes à accomplir les mêmes entraînements que les hommes en réussissant à intégrer la Ranger school, formation d’élite de l’armée de terre américaine. Aucune autre femme n’a depuis réussi à renouveler l’exploit, selon l’armée de terre.

Commentaires