PARTAGER

Profitant de l’intérêt des médias français pour leur affaire rocambolesque de chantage et d’extorsion de fonds visant le roi Mohammed VI et pour brouiller les pistes avant leur inévitable condamnation en raison de la gravité des charges qui pèsent sur eux, les deux journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet continuent les plateaux des télévisions et accorder à satiété des entretiens dans les journaux pour distiller des informations abracadabrantes. La dernière en date fabriquée par Eric Laurent voudrait qu’il y ait un espion au service des renseignements français dans l’entourage du roi. Forts du principe qui veut que »plus c’est gros mieux ça passe », les deux journalistes tentent de braquer les projecteurs sur eux en donnant l’impression que leurs informations sont dignes de foi, dans la perspective de la sortie du livre qu’ils ont tenté de monnayer et pour en faire la promotion par la même occasion, quitte à mouiller dangereusement le contre-espionnage français dans cette affaire scabreuse. Sauf qu’à vouloir jouer avec le feu, on risque de se brûler les doigts, avant de terminer sa carrière dans une cellule de prison parisienne. Une fin de parcours pathétique.

Par Jalil Nouri

Commentaires