PARTAGER
A raison de 30.000 dirhams par dossier traité sans l’assurance d’un taux d’acceptation à 100% l’on peut dire que les bureaux d’immigration privés ont eu le temps de se bâtir de grandes fortunes depuis leur installation au Maroc, pour ne parler que de ce pays où leur présence est notable, surtout à Casablanca. Prodiguant des conseils juridiques et des conseils pratiques, ces cabinets aident les candidats, contre cette somme à payer par tranches, à établir leurs dossiers en évitant les erreurs à ne pas commettre et à les aider à évaluer leurs chances pour une immigration réussie.
En aucun cas le cabinet ne garantira la réussite de la procédure, ni valorisera la candidature, encore moins ne remboursera le montant avancé, en cas d’échec des démarches qui peuvent durer trois années de suite en moyenne. Seule certitude à attendre, la garantie d’une réponse quelque soit le cas de figure. En l’absence de chiffres officiels impossibles d’en obtenir auprès des concernés, il est admis que le taux de personnes reçues dépasse les 50%, normal dirions-nous, si l’on sait que les personne susceptibles de verser cette somme disposent de revenus confortables en tant que salariés et sont des profils de haut niveau, donc intéressants pour le gouvernement canadien qui se félicite du bon taux d’intégration de ces marocains triés sur le volet.
Merci qui?
Nabila Kandili
Actu-maroc.com

Commentaires