PARTAGER
C’est une très mauvaise nouvelle qui vient de tomber pour de nombreux centres d’appels dont l’activité est orientée exclusivement vers la France qui vient de prendre, par surprise, une décision inédite qui obligera ce secteur, pris au dépourvu, de se trouver rapidement une solution de rechange pour éviter le chômage à des dizaines de milliers de jeunes marocains embarqués par nécessite dans ce nouveau métier guère valorisant  dont ils vont découvrir le côté aléatoire.
La ministre française du commerce a affirmé qu’à partir du premier juin prochain, tout particulier français ne sera plus contraint d’accepter les appels en provenance de call-centers, dont c’est l’essentiel de leur activité et qui sont déjà dans le collimateur du gouvernement en raison de la délocalisation au Maroc par les opérateurs français du secteur de leur business en raison de l’abondance de la main d’œuvre et des faibles salaires en comparaison avec ceux appliqués en France.
La question de la délocalisation était encore en discussion entre les partenaires sociaux quand est intervenue la décision annoncée par la ministre alors que les autorités marocaines pourraient se retrouver devant une vraie crise car les premiers concernés parmi les centres d’appels se trouvent au Maroc et pourraient voir leur chiffre d’affaires se réduire de moitié.
Par Jalil Nouri

Commentaires