Les centres d’appel au Maroc face à la relocalisation française ?

Les centres d’appel au Maroc face à la relocalisation française ?

480
0
PARTAGER

Six ans après, nous revivons le même problème avec les récentes sorties du secrétaire d’Etat à l’Emploi français qui annonce un mauvais temps pour les centres d’appels marocains qui emploient actuellement autour de 30.000 personnes dans le secteur de l’offshoring qu’encourage l’Etat marocain dans le cadre de son plan Emergence.

Mr Laurent Wauquiez envisage une tenue des assises des centres d’appels à la rentrée où il compte proposer des mesures pour encourager la relocalisation en France et décourager la délocalisation des ces call centers vers les pays émergents, vers le Maroc en particulier, sachant que ce dernier représente la première destination des externalisations françaises des centres d’appels.

Il faut bien dire que ce débat vient à un moment où le mécontentement social en France et les difficultés causées par la crise économique ne cessent d’être exprimés dans la rue, le problème des retraites en est un témoin avec l’affaire Woerth-Bettencourt sur l’équité fiscale auxquels il faudrait ajouter la question de la transparence dans la gestion politique et publique.

Que Laurent Wauquiez prépare un plan anti-délocalisation des centres d’appels en préconisant des mesures protectionnistes qui attisent le populisme, pour lutter contre le chômage et créer des emplois relocalisés, c’est ignorer les lois du marché mondialisé et de la concurrence et s’éloigner de l’objectif de l’ouverture proche des frontières économiques en construction au niveau mondial. Le coût horaire est deux à trois fois moins élevé dans les pays d’accueil des délocalisations par rapport aux coûts français.

Le Secrétaire d’Etat à l’Emploi ne dit pas que les statistiques montrent que les délocalisations des centres d’appels vers les pays du Maghreb et d’Afrique ne diminuent pas les créations d’emplois en France dans ce nouveau secteur. Au contraire, les chiffres montrent que malgré le contexte de crise, le secteur emploie en France 250.000 personnes face à 60.000 emplois délocalisés à l’étranger où le Maroc est en avant des délocalisations françaises. En 2009, ont été crée 10.000 nouveaux emplois en France contre la moitié au Maroc, soit 5000 créations.

Le phénomène de l’externalisation offshore s’est développé en réponse aux exigences du marché pour offrir aux consommateurs un bon niveau de service aux meilleurs prix ; le Maroc a parmi d’autres pays mis en place une structure d’accueil dédiée à l’offshoring et contribue honorablement au progrès de ce nouveau secteur de l’économie au niveau international puisque des sociétés multinationales importantes lui font confiance. En France où ailleurs, la croissance de ce secteur ne s’arrêtera pas là et ce n’est pas en relocalisant qu’on réglera le problème du chômage en France ; l’enjeu est non seulement économique, mais aussi stratégique et politique.

En automne, les centres d’appels risquent de faire beaucoup de bruit et en attendant il y a les vacances d’été et notre ramadan pour s’y préparer.

Taoufik SEDDIK

Commentaires