PARTAGER
La nuit du 20 au 21 mai à 3 heures, les marocains ont été appelés une nouvelle fois à retarder leurs montres d’une heure pour rendre le mois sacré du ramadan plus supportable et de rajouter une heure une fois que la période de jeûne sera achevée dans un peu plus d’un mois. Si une étude scientifique sérieuse n’a pas encore été menée pour définir les déséquilibres du sommeil que ces changements à répétition dans un intervalle de quelques mois, les marocains, eux y vont de leurs propres analyses pour démontrer, arguments à l’appui, que le métabolisme, au-delà du sommeil, est le premier à souffrir de ces changements d’horaires et de rythmes qui les accompagnent chaque année, pour proposer des alternatives. Elles vont des plus réalistes aux plus extravagantes, certains allant jusqu’à demander un référendum sur la question, en citant l’exemple d’autres pays.
En attendant, les plus neutres se contenteront d’une heure de sommeil en plus ce dimanche, surtout les lève-tard, heureux de cette aubaine.
Pour tous les autres et en attendant qu’un débat national soit ouvert, le plus important est de revenir à l’heure G%T cette nuit et de s’assurer que leur opérateur téléphonique ne commettra pas la même erreur sur leurs smartphones en programmant le nouvel horaire au bon moment.

Commentaires