PARTAGER
Une épreuve de force d’un nouveau genre s’engage au sein de l’Office National des Chemins de Fer qui pourrait ramener ce moyen de transport à ses années noires, quand les grèves y étaient monnaie courante avant la normalisation. Une ère qui semble s’achever aujourd’hui depuis que les employés ont décidé de renier leurs syndicats qu’ils accusent de complicité avec la direction générale et de les avoir sacrifiés pour les intérêts des syndicalistes et ceux de l’entreprise.
Aussi, ils promettent pour les prochaines semaines et mois de recourir à des grèves sauvages à répétition jusqu’à paralyser totalement le trafic ferroviaire sans préavis et créer un blocage comme le secteur n’en a jamais connus de son histoire.
Les cheminots s’étaient choisis, pour les représenter, l’UGTM et la CDT, deux des principaux syndicats de la place qui ont fini par créer des canaux de communication avec le management, établissant ainsi des relations qui ont permis d’assurer une paix sociale tout le long de ces dernières années.
La longue lune de miel est ainsi promise à sa fin et les luttes syndicales vont repartir de plus belle suite à des de graves accusations de corruption des syndicalistes au détriment des employés qui exigent une enquête approfondie et l’arrivée de nouveaux syndicats avec de nouvelles élections.

Commentaires