Les choix politiques du Maroc en font un cas à part dans...

Les choix politiques du Maroc en font un cas à part dans la région

168
0
PARTAGER

Dans un entretien publié samedi par la publication « MaroccOggi » (Maroc d’aujourd’hui), le ministre a souligné que ces choix mettent le Royaume dans « une situation singulière non comparable avec celle des autres pays de la région ».

« Il n’est donc pas surprenant que le Maroc soit l’unique pays à s’être vu accordé le statut avancé par l’Union Européenne », a-t-il indiqué à cet hebdomadaire publié à Rome.

M. Fassi Fihri a rappelé, à cet égard, que le Royaume a opté, dès l’indépendance, pour le multipartisme, les libertés et la libre initiative, offrant le cadre à un débat politique permanent non dépourvu parfois de profondes divergences d’opinions.

Le ministre a évoqué, à cet égard, l’initiative de SM le Roi Mohammed VI relative à la création de l’instance « Equité et Réconciliation » en vue de permettre au Maroc de se réconcilier avec son passé et d’instaurer ainsi un climat favorable à l’autocritique et à l’établissement d’un consensus autour des idéaux de progrès.

Il a également abordé les importantes réformes entreprises par le Royaume, durant les quinze dernières années, dans « quasiment tous les secteurs », citant le statut de la famille, le secteur de la justice, la lutte contre la corruption, l’analphabétisme et la pauvreté.

Avec l’ambitieux programme d’investissements, mis en oeuvre dans le domaine des infrastructures et dans plusieurs secteurs productifs, « nous avons réussi à réduire de manière significative le niveau du chômage », a ajouté M. Fassi Fihri, soulignant que les conditions d’une paix sociale et politique avaient été réunies.

S’agissant de la nouvelle approche de partenariat en Méditerranée, le ministre a jugé « très intéressante » la proposition de nouveau « pacte pour la Méditerranée » faite par le ministre italien des affaires étrangères, Franco Frattini. « Le Maroc est prêt à travailler sur cette idée », a-t-il indiqué.

Le chef de la diplomatie italienne avait souligné, la semaine dernière dans un entretien à cette même publication, la nécessité d’un nouveau pacte dans lequel les processus de transition doivent être soutenus et consolidés par des initiatives concrètes.

Il avait jugé « indispensable de relancer le partenariat euro-méditerranéen à travers un changement décisif des lignes stratégiques pour affronter les nouveaux défis dans la région, en termes de politique, de sécurité, de développement économique partagé, de gestion des flux migratoires et de consolidation du dialogue culturel et social ».

M. Fassi Fihri a souligné, à ce propos, que le Maroc « est conscient des défis communs que la Méditerranée est appelée à relever et qui exigent des politiques communes dans le cadre d’une vision partagée entre les deux rives de la Méditerranée ».

« Le statut avancé établi entre le Maroc et l’Union européenne traduit l’importance d’anticiper les causes de l’instabilité politique et sociale et d’opter pour une ouverture politique et économique vitale », a affirmé le ministre, précisant que « l’engagement du Maroc dans ce cadre est basé sur trois piliers : le dialogue politique, le respect des droits de l’homme et la bonne gouvernance dans les domaines économique, culturel et humain ».

Interrogé sur l’avenir du partenariat maroco-italien, M. Fassi Fihri a cité notamment les importantes opportunités que peut offrir le secteur italien des petites et moyennes entreprises pour le développement du partenariat entrepreneurial.

Il a également évoqué le « système régional » italien qui « ouvre amplement le champ devant une collaboration avantageuse, au moment où le Maroc est sur le point de se doter d’une nouvelle constitution, initiée par SM le Roi et qui fera entrer le Royaume dans le club des démocraties avancées ».

Et de souligner que de manière générale, l’Italie a un rôle stratégique à jouer pour favoriser l’émergence d’un consensus européen autour d’une vision rénovée de la Méditerranée.

Cette vision, a expliqué le ministre, devrait être globale avec l’objectif de créer une macro-région où les valeurs démocratiques communes seraient véritablement partagées. « Une macro-région qui favorise l’investissement dans la rive sud, unique solution pour remédier aux causes de l’immigration », a-t-il ajouté, soulignant la nécessité d' »une approche inclusive accordant un rôle significatif à la société civile, à l’entreprise et aux acteurs culturels, pour donner de la crédibilité à cette vision ».

M. Fassi Fihri a fait remarquer, en outre, que le Maroc est en voie de devenir un pole méditerranéen de grande importance dans le secteur de la logistique, de l’aéronautique et de la technologie de l’information.

« MaroccOggi », dont le premier numéro avait été publié en fin de semaine dernière, est édité par l’association « Genemaghrebina », qui s’active dans les domaines de l’information et de la promotion de l’intégration des étrangers en Italie.

 

 

MAP__________________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires