PARTAGER

Les services consulaires de plusieurs pays de la zone « Schengen » établis au Maroc vivent en ce moment des heures difficiles et un remue-ménage après avoir découvert que bon nombre d’entre eux avaient délivré des visas sur la base de documents falsifiés fournis avec la complicité de membres de leurs propres personnels ou de bandes exerçant dans des services administratifs des communes dans plusieurs villes.

Après avoir signalé ces trafics aux autorités marocaines et demandé leur assistance pour remonter les filières, les différents services consulaires victimes de ces manipulations ont entrepris un travail titanesque de vérification en épluchant des milliers de dossiers suspects ou non afin de définir les failles de leur système d’octroi des visas.

Certaines autorisations d’entrée dans les pays concernés par le trafic ont même été bloquées et leurs bénéficiaires prévenus. Cette affaire a déjà fait une victime qui a vécu une mésaventure traumatisante en Belgique ces dernières heures. Il s’agit du vice-président de l’Université d’Oujda qui a été retenu à l’aéroport de la ville belge de Charleroi puis conduit dans un centre avant son expulsion, qui a pu être évitée de justesse grâce à l’intervention de l’Ambassade du Royaume.

 

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires